Un édifice moderniste conçu par l’architecte Antoni Gaudí, il est situé dans l’Illa de la Discòrdia, au 43 Passeig de Gràcia à Barcelone.

Au début du XXe siècle, le propriétaire de l’immeuble de l’époque, un industriel du textile nommé Josep Batlló i Casanovas, demande à Antoni Gaudí de refaire sa maison.  La partie la plus connue de l’édifice est la façade, considérée comme l’une des plus originales de l’architecte, qui utilisa la pierre, le fer forgé, le trencadis de verre et la céramique polychrome ; Gaudí se fit seconder par les architectes Josep Maria Jujol et Joan Rubió i Bellver.  L’édifice, qui figure sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, est ouvert au public et a reçu 600 000 visiteurs en 2011.  Connue à Barcelone sous le nom de Casa de los huesos (Maison des os), elle doit son nom à son architecture : les balcons ressemblent à des fragments de crâne avec les ouvertures pour les yeux et le nez, les colonnes de la tribune du premier étage ont la forme d’os humains et de nombreux autres détails de la façade peuvent faire penser à un squelette. Par une autre interprétation, les balcons ressemblent à des masques vénitiens.

La façade, ondulée et composée d’une mosaïque de verre et céramique, donne sous l’effet du soleil l’impression d’être en mouvement, et d’onduler comme des vagues.  Les colonnes vers le bas de l’édifice rappellent des troncs d’arbre.  D’une manière générale, la maison présente sur sa façade polychrome et ondulante, une allégorie de saint Georges tuant le dragon.  Le toit fait penser au dos arqué d’un dragon et les tuiles en céramique qui le recouvrent à ses écailles (à l’intérieur d’ailleurs il y a un escalier en bois qui rappelle étrangement une colonne vertébrale, qui pourrait appartenir au supposé dragon).  L’immeuble est surmonté d’une tour avec la croix de quatre bras typique de Gaudí. L’intérieur est tout aussi imaginatif et à mon avis, vaut la peine d’être visité : foyers, escaliers, meubles et fenêtres en bois, vitrages décorés…